mardi 16 juillet 2019

In the mood for love



                                                                              Neige
                                                                       16 Juillet 2019

mardi 25 juin 2019

Équitation Poétique

" "Apparemment les actions humaines ont aussi leur destin. Les unes ont la chance d'être inscrites au Livre d'Or de l'humanité, les autres sont oubliées, mais j'aime à élever dans mon coeur un autel aux héros inconnus." Celui qui a écrit ces lignes - il s'appelait Jacques Robert - est mort à 16 ans. Le ciel lui a donné dès ici bas l'intelligence du prix de la vie et j'aime que dans ce coeur élu aient eu place les bons cavaliers inconnus, parce que ceux-là ont mis en action la parole de Ruskin: " Votre oeuvre doit être faite à la gloire de quelque chose que vous aimez."

Voilà pourquoi j'honore ceux qui, ayant reçu la lumière, qu'elle qu'en soit l'essence, ne l'ont pas laissée sous le boisseau; pourquoi, cavaliers, vous devez ouvrir, sinon toujours avec intérêt, du moins toujours avec respect les traités des maîtres. Ce sont des monuments dans lesquels vous n'avez pas le droit de pénétrer le chapeau sur la tête. Et combien sera payée leur peine, si l'un de vous s'y attache et s'en émeut. "

CdeM




mardi 14 mai 2019

de L'Oeuvre d'Art



"Les Oeuvres d'Art ont quelque chose d'infiniment solitaire, et rien n'est aussi peu capable de les atteindre que la critique. Seul l'amour peut les saisir, les tenir, et peut-être équitable avec elles. - C'est à vous-même, à ce que vous sentez, qu'il faut toujours donner raison, contre toutes ces analyses, ces comptes rendus ou introductions ; quand bien même vous auriez tort, c'est la croissance naturelle de votre vie intérieure qui vous amènera lentement, avec le temps, à d'autre conceptions. Laissez vos jugements connaître leur propre développement, calme, non troublé ; comme tout progrès, il doit venir de la profondeur du dedans, et rien ne peut le hâter ni l'accélérer. Tout doit être porté à terme puis mis au monde. Laissez chaque impression et chaque germe de sensibilité s'accomplir en vous, dans l'obscurité, dans l'indicible, dans l'inconscient, là où l'intelligence proprement dite n'atteint pas, et laissez les attendre, avec une humilité et une patience profondes, l'heure d'accoucher d'une nouvelle clarté : cela seul s'appelle vivre l'expérience de l'art : qu'il s'agisse de comprendre ou de créer."

Reiner Maria Rilke 




jeudi 2 mai 2019

Du Bauchérisme, sans préjugés

                                   Expérience Bauchériste





  Déconstruction – 3 ans

Ma rencontre avec le Cercle Bauchériste de Bourgogne date d’octobre 2018. Je suis alors, depuis 3 ans, propriétaire d’une petite jument poney français de selle, Aquarelle, âgée de 8 ans.

 L’histoire est on ne peut plus banale: cavalière de club pendant l’enfance, je m’éloigne du milieu équestre pendant mes études, y reviens à l’entrée dans le monde du travail, et acquiers mon premier cheval, pouvant l’assumer financièrement. 

 Novice, sans bagage solide dans le travail des jeunes chevaux, je croyais naïvement pouvoir m’en remettre aux « professionnels » pour m’accompagner dans cette tâche. « C’est leur job », me disais-je innocemment.

 Je fréquente alors plusieurs écuries de banlieue lyonnaise, qui seront pour moi le lieu de tant de désillusions. Conditions de vie non adaptées (chevaux gavés de céréales, environnement anxiogène), travail des chevaux brusque et hâté, irraisonné, proposé à l’identique à tous les couples cheval-cavalier, cheval piégé, enserré. Cheval triste. Maltraitance inconsciente. Spectatrice du ballet des vétos, maréchaux, ostéos, phytos, éthos, saddle fitters..., comme vœux de bonne conscience, ou comme aveu d’incompétence. Spectatrice du ballet des chevaux, que l’on change à tour de bras, avec l’espérance que « ça ira mieux avec un autre ». Ignorance construite par la pensée marchande.

 Observations. Questionnements. Constats. Déconstruction. Lectures. Conviction de ne pouvoir trouver aucune réponse satisfaisante dans l’enseignement officiel de l’équitation moderne. Recherche et pressentiment en l’existence et la possibilité d’une équitation plus juste, plus éthique, plus respectueuse de l’intégrité physique et morale du cheval.


  Rencontre – 1 après-midi 


 À l’été 2018, à l’occasion d’un voyage, ma jument est transférée en Bresse bourguignonne, initialement le temps de mon absence. À mon retour, je prends connaissance de l’existence du Cercle Bauchériste de Bourgogne, localisé non loin du lieu où est stationnée ma jument. L’association, via son « laboratoire », propose de venir assister au travail des chevaux. Le contact est pris avec Julie, que je viens rencontrer rapidement. 

 Julie m’expose et me présente son travail à pied avec 2 de ses chevaux au passif compliqué. Je me souviens avoir été frappée par la belle posture, prise sans aucun effet de contrainte par ses chevaux au travail, et de l’harmonie qui s’en dégageait. L’équitation bauchériste pratiquée par Julie s’imposait alors comme une évidence dans mon cheminement équestre. Il fallait que je bénéficie de son 
enseignement!


  Initiation – 3 séances






Au cours des premières leçons d’initiation, les mouvements clés du préparé sont enseignés, à savoir les mouvements d’assouplissement de mâchoire, d’encolure, d’épaule, de rein et de croupe. D’abord à pied, puis répétés monté. Le calme, la concentration et la décontraction, la lenteur, sont recherchés, ce qui n’est clairement pas chose simple pour ma jument, vite distraite, vite dans l’excitation, et qui avait clairement tendance à précipiter chacun de ses pas. 

 Faciles, les exercices proposés le sont eux. D’une simplicité déconcertante même, d’autant plus qu’ils sont d’abord abordés à pied, ils me paraissent à la portée de tout un chacun (après que le cavalier en ait été initié bien sûr).

 Et les premiers résultats se font sentir extrêmement rapidement. Je me souviens avoir enchaîné un parcours d’obstacles après la 2ᵉ séance, avec une jument qui n’avait jamais été aussi équilibrée et régulière dans ses allures, calme et à l’écoute. 


  Reconstruction – 10 séances





Au cours des séances suivantes, les flexions sont retravaillées, affinées, enrichies. Les lettres de l’alphabet sont assemblées pour former des mots qui composent des phrases (De Gatines). Le mouvement de diagonalisation est abordé tôt, lui aussi comme exercice gymnastique et de renforcement musculaire. 

 Gradation, précision, finesse, souci du détail. Rien dans l’enseignement Bauchériste que dispense Julie n’est laissé au hasard. Tout a une importance et est une pièce de l’architecture, du système. Chaque exercice en prépare un autre. Un ingrédient est ajouté à chaque séance. Rigueur. Sagesse. Adaptation au cavalier, au cheval, à l’instant présent.

 La reconstruction posturale – à savoir l’empilement de la grande encolure au-dessus des appuis antérieurs, et la flexion de la petite encolure, est réalisée sereinement et de manière graduée. Phase au cours de laquelle Julie sculpte la matière vivante (et nous l’apprend), lui donnant grâce et élégance. Que ma jument est belle ! 

 DÉCOMPOSER, DÉNOUER, PLIER, ASSEMBLER; RECTITUDE; LÉGÈRETÉ SANS COMPROMISSION; DESCENTE DES AIDES; Demander souvent, se contenter de peu (quelques foulées justes, voir l’intention même du cheval à les donner), récompenser beaucoup; Ne jamais travailler sur une résistance; La position contient le mouvement; Assurer solidement chacun de ses pas.

 Les principes bauchéristes sont énoncés non pas comme de belles formules théoriques bien ciselées, Julie les fait vivre. Ils s’incarnent concrètement dans la pratique, au fil des séances. Pour le cavalier, ils doivent faire chaire. Les automatismes équestres, les mauvaises habitudes du passé, doivent être déracinés pour tendre vers une fidélité aux principes. Ce qui est le plus difficile me semble-t-il, bien que la conversion cérébrale soit pleinement réalisée. Julie m’y aide avec patience.

 La lecture des textes de Baucher et de ses élèves, en complément des leçons, a été aussi indispensable pour m’imprégner de l’état d’esprit et de la philosophie Bauchériste. S’ils paraissent difficiles d’accès de prime abord (je m’y étais d’ailleurs essayée auparavant), l’enseignement pratique de Julie les éclaire et leur lecture en devient alors fort agréable et passionnante. 

 En un temps pour ainsi dire record comparativement aux 3 années de travail assez infructueux avec ma jument, je goutte à la saveur exquise de quelques foulées de légèreté, dans une posture juste. La dissymétrie de ma jument (qui présentait un postérieur droit plus faible, une tendance à charger l’épaule gauche et à vriller l’encolure) est très largement atténuée. Elle devient de jour en jour plus attentive, concentrée, sereine, calme et déterminée. Notre relation en est aussi considérablement renforcée. Complicité. 

 Je dois dire aussi, à cette époque, en être passée par de profonds moments de colère. Qu’une méthode aussi logique, raisonnée, progressive, efficace, considérant et s’adaptant à chaque cheval dans son individualité et ses particularités physiques et morales, ne soit pas plus connue, répandue. Qu’elle soit attaquée, vilipendée de la sorte. Tout cela dépasse encore très largement mon entendement. Elle épargnerait pourtant de longs moments d’errance aux honnêtes cavaliers.


  Consolidation – ∞


Remettre du ciment dans les fondations. Revenir inlassablement au préparé, le perfectionner « comme s’il avait été le but réel du dressage » (Beudant). Variation des postures, des mouvements. Pousser le travail de plus en plus finement dans le détail. Avancer en reculant. Plus les principes sont respectés avec rigueur, plus on va lentement, plus on va vite dans le dressage.

 Répéter les gammes. Patience. Rigueur. Julie nous fait sortir définitivement du référentiel du monde équestre pour celui du monde artistique.



  Élévation – ∞


 Du préparer découle le travail rassemblé, que ma jument poney français de selle, à la génétique obstacle, que rien de prédisposait à de tels airs, aborde pour ainsi dire presque naturellement, comme une évidence, avec une sérénité déconcertante. Je dois dire n’avoir pas imaginé une seule seconde, en frappant à la porte de Julie 5 mois plus tôt, en arriver à un tel résultat, à de telles sensations, et d’autant plus avec une telle fulgurance.

 Concentration au sein du manège, ses murs entre lesquels cavalier et cheval se retrouvent et se rassemblent, échappant à toute dispersion, pour un moment d’éternité.

 Mon expérience Bauchériste, c’est aussi l’ouverture à un monde d’une richesse culturelle et artistique insoupçonnée; des journées à contempler des photos anciens d’écuyers, à lire leurs livres et leurs correspondances; des heures de discussions philosophiques, littéraires, spirituelles, qui nourrissent l’âme.

 Les travaux du Cercle Bauchériste de Bourgogne prennent à mes yeux une dimension politique (revivification d’une pratique oubliée, valorisation culturelle d’une époque), artistique (recherche de l’équilibre, de l’harmonie, dimension transcendantale de la relation cheval-cavalier), et (donc) spirituelle (rigueur, calme, détachement, justice et justesse).

 Et à propos de la lecture des textes, si, au début, l’enseignement de Julie les éclairait, en donnait l’accès, ce sont aujourd’hui les textes qui jugent l’enseignement transmis: d’une fidélité sans faille. 

Reconnaissance immense. Gratitude.

 Lucie




 1 Mai 2019

mardi 30 avril 2019

Le romantisme

« Le romantisme, mon cher monsieur, mais à coup sûr, ce n'est ni le mépris des unités, ni l'alliance du comique et du tragique, ni rien au monde que vous puissiez dire. Vous saisiriez vainement l'aile du papillon, la poussière qui le colore vous resterait dans les doigts. Le romantisme, c'est l'étoile qui pleure, c'est le vent qui vagit, c'est la nuit qui frissonne, la fleur qui vole et l'oiseau qui embaume ; c'est le jet inespéré, l'extase alanguie, la citerne sous les palmiers et l'espoir vermeil et ses mille amours, l'ange et la perle, la robe blanche des saules; ô la belle chose, monsieur! c'est l'infini et l'étoile, le chaud, le rompu, le désenivré, et pourtant en même temps le plein et le rond, le diamétral, le pyramidal, l'oriental, le nu à vif, l'étreint, l'embrassé, le tourbillonnant; quelle science nouvelle! »

Musset - 1836
Othello300419



dimanche 7 avril 2019

Trésors

Livres



Collection de Photos Delton


La Société de l'Étrier



Article de Paul Morand 
Le Figaro
16 Août 1937

vendredi 5 avril 2019

Colonel de Saint André


Doctrine Française: 

selon L'Hotte: * Calme en avant droit
                        * Marier intimement l'impulsion et la flexibilité élastique des ressorts

" On peut dire avec certitude que la clef de l'arrière-main se trouve dans la nuque, et réciproquement." (Fillis)

" La mise en main n'est juste que si la nuque reste le point le plus haut."

" abaissement de hanches et mise en main ne sont valables que si l'encolure est soutenue, faute de quoi, il n'y a pas d'équilibre: c'est donc là le premier objectif à atteindre."


(...)
Par ailleurs, la recherche directe de la Légèreté ne constitue pas une étape de l'éducation du cheval, puisque nous venons de dire que celle-ci terminée avec le Dressage ( au sens spécialisé ). Cette recherche directe est simplement une voie différente dans laquelle peut s'engager, avec un cheval au débourrage incontestablement réussi, un cavalier très  confirmé, spécialiste de Dressage, et sûr de son adresse, ou plutôt de son don: c'est  commencer Baucher.
Par le travail à  pied ( élévation et flexions) suivi du travail monté  ( décomposition de la force et du mouvement ) il s'engagera dans les méticuleuses progressions du Bauchérisme, aux moyens puissants, mais délicats.  Le général Faverot de Kerbrech, le capitaine Beudant et le général Decarpentry  ( "Équitation Académique" tome II) le guideront pas à pas sur cette " diretissimma ", pour employer le langage des alpinistes."



" Le cavalier de sport, ou le cavalier qui se lance dans le Dressage, a une sainte horreur de la légèreté, car il croit que le cheval qui ouvre la bouche sur une fermeture de  doigts à tendance à " lâcher la main". Si on lui parle de mobiliser la bouche avant la nuque, il fuit à jamais et raye le Dressage de son programme. Mais s'il s'estime assez compétent et expérimenté pour commencer par la décontraction de la bouche, il a raison: qu'il ouvre donc le chapitre suivant, et qu'il applique " la recherche directe de la légèreté."


"Conclusion " Philosophique". Si le bonheur de l'homme est sur le dos du du cheval, comme le disent les Arabes, l'agrément s'ajoute à ce bonheur si le cheval est dressé, c'est à dire confortable dans ses allures et obéissant aux aides. Or, le dressage n'est jamais terminé puisque la flexibilité du cheval est toujours améliorable: d'où l'intérêt de  tous les instants que représente l'équitation pour celui qui dresse, à quelque niveau que ce soit, alors que cet intérêt n'est que passager - quoique peut-être plus exaltant- pour le cavalier de compétition.
Si enfin le dresseur pousse ses exigences jusqu'à obtenir la légèreté, il connaîtra les satisfactions de l'art équestre: porté par un cheval rassemblé, qui le"couvre" de son encolure soutenue, la bouche moelleuse, ils frôlent tous deux le sol, dans la descente de main et de jambes.
Peut-être ne sont-ils qu'un? 
Tel est l'idéal de l'équitation de tradition française, mais tout idéal est rarement atteint. "

Colonel de Saint André, ancien écuyer en chef du Cadre Noir de Saumur.


Saint André et Steamer ( PS)
Pas d'école

jeudi 4 avril 2019

Xavier Lesage 25 Octobre1885 - 3 Août 1968

" Le colonel Challan-Belval, qui fut le condisciple de Lesage à Dijon et aux Postes et qui resta son ami tout au long de leur carrière, rédigea, en 1969, une précieuse biographie où il est écrit que, dès son temps de sous-officier, Lesage lisait assidûment Fillis ( Principes de dressage et d'équitation, 1890) et qu'à sa sortie de Saumur, il découvrit les Questions équestres ( 1905) de L'Hotte, ouvrage qui resta " son livre de chevet jusqu'à son dernier jour." 
"Quand, plus tard, j'eus L'Hotte entre les mains, a dit Lesage lui-même, j'ai trouvé seulement que Fillis avait les aides trop voyantes sur ses photos et qu'il se servait beaucoup de l'éperon, ce qui est bien dangereux pour les novices..."

"Modèle de droiture et de simplicité... porté par son seul talent, malgré ses réticences aux postes les plus prestigieux que pût envier un écuyer militaire" (Challan Belval.) , le colonel Xavier Lesage n'a pas laissé d'autre imprimé qu'un hommage biographique au grand Danloux. Mais, outre la médaille d'or de Californie, il a valu à l'équitation française, qui fut sa vie, l'un des plus beaux hommages qui puissent être formulés en pareille circonstance par un étranger ( et quel étranger!) , l'hommage de Gustav Rau: " Tout le monde a compris qu'un peuple hautement cultivé peut seul posséder un art équestre d'un pareil degré de culture." 







Xavier Lesage et Taine, jeux Olympiques de 1932 
(Los Angeles)

mercredi 3 avril 2019

Étienne Beudant


" La patience est la qualité la plus voisine du bon sens, comme le bon sens est la qualité la plus voisine du génie."


Louis Veuillot ( cité par Étienne Beudant)



mardi 2 avril 2019

Étienne Beudant

" Les italiens sont encore d'admirables écuyers, et ils disent, parait-il : " contraignez le cheval à  faire ce que vous voulez, mais, une fois qu'il fait ce que vous voulez, laissez lui le faire comme il le veut."
Sur le papier tout cela est parfait, mais à cheval, c'est une tout autre affaire. Il faut puiser dans les livres des idées, des principes qu'on tâche  d'expérimenter  en en modifiant l'application suivant les circonstances; néanmoins, il faut, surtout, rechercher les moyens qu'on est soi-même capable d'employer sur tel ou tel cheval. Chaque animal a son tempérament, son caractère; ce n'est pas une machine inconsciente, et chaque individu doit être pris d'une façon particulière, quant à la forme et à  l'application des procédés de dressage."

1934

Étienne Beudant - Souvenirs Équestres

" Enfin, en contemplant l'océan, j'étais dans l'état d'esprit que seuls connaissent ceux qui ont trimé et souffert dans les grandes solitudes, dans les grands espaces : impression vague, sorte de nostalgie et d'étonnement, mystérieux désir de retourner dans ces régions-là.
Je parcourais l'horizon et ma pensée le dépassait considérablement."

Étienne Beudant - 1934

lundi 1 avril 2019

Victor Laurent et son École

Victor Laurent, né à Louhans le 5 décembre 1883 
À la demande de ses élèves, Victor Laurent rédige ses conseils , ainsi naît le livre " la reprise de 7 heures ", titre qui rappelle l'heure matinale de la leçon hebdomadaire que ses élèves ne manquaient jamais au manège Montevideo ( Paris). Le livre paraît en 1951.
Il reparaîtra en 1969 chez Lavauzelle sous Le titre " Victor Laurent, son école. Un hommage posthume à celui qui aura pour partage une amitié avec Decarpentry basée sur l'estime réciproque.




Edition de 1951 et édition de 1969

mercredi 27 mars 2019

Évocation de l'amitié entre Bacharach et Decarpentry

"Peu avant la sortie de l'ouvrage ( Les Maîtres Écuyers du Manège de Saumur de 1814 à 1874), en 1954, M.René Bacharach, lié au général Decarpentry par une respectueuse affection  et qui avait eu avec lui d'innombrables entretiens équestres, lui avait demandé ce qui l'amenait à  forger, pour le titre, l'expression : maîtres écuyers. Le général lui répondit, sur le ton d'humour léger qui était si souvent le sien: " Parce que les maîtres écuyers n ont pas tous été " en chef ", et que les écuyers en chef n'ont pas tous été des maîtres."

André Monteilhet - Les Maîtres de l oeuvre équestre 

Photos René Bacharach - Albert Decarpentry




Diogo de Bragance

Notes biographiques
Genèse de l'Equitation de Tradition Française

"N'ayant pas eu les moyens d'acheter de bons chevaux - ceux dont on a dit qu'ils naissaient tout dressés - il dut en instruire qui n'étaient pourvus au départ que de qualités médiocres ou, ce qui est pire, qui avaient été plus ou moins détériorés par des mains malhabiles, mais il ne se départit jamais avec eux des actions fines et légères qui faisaient partie de sa morale équestre. Il devint un écuyer amateur pourvu non seulement de tact naturel et acquis, mais de virtuosité, obtenant toujours de ses chevaux beaucoup d'impulsion, de mobilité et de brillant.



D. Diogo de Bragance doublait sa pratique équestre méthodique et patiente, d'une part, de beaucoup d'attention et de réflexion , d'autre part, de beaucoup de lectures des oeuvres des écuyers - des bonnes et des mois bonnes. Son esprit toujours en éveil lui avait permis d'en extraire des concepts qu'il avait consigné sur quelques cahiers. Son ami René Bacharach, passant quelques jours de vacances à Torre-Bela, en prit connaissance. Il y trouva l'analyse la plus juste et la plus complète jamais faite des différents procédés équestres. Diogo de Bragance lui apparut comme le premier comparatiste de l'équitation. René Bacharach traduisit cette oeuvre originale. Elle parut en 1975 sous le titre L'Equitation de tradition française. "


André Monteilhet - Les Maîtres de l'oeuvre équestres

mardi 26 mars 2019

Etienne Barroil, l'Art Equestre

Deuxième partie de L'Art Equestre de Barroil
Préface de Bonnal

Rothschild éditeur 1889

L'équitation, aussi bien que l'escrime, est une science et un art.
Science à la base, art au sommet.
Tout artiste doit posséder, indépendamment des dons naturels, la technique de son art; sinon il perd un temps et des efforts précieux à découvrir pour son propre compte, des procédés connus depuis longtemps.
Il faut donc un mettre à celui qui veut s'élever jusqu'à  l'art, et par maître, nous entendons une direction et un guide.
"L'art équestre" satisfait aux conditions exigées d'un enseignement parlant aux yeux, s'adressant à l'intelligence et provoquant la réflexion. 

(...)
Etienne Barroil ( 1851- 19..)
Chez Baron de Vaux

lundi 25 mars 2019

Armand Charpentier

1868- 1948

Le jeudi 8 et le vendredi 9 Juillet 1848, en soirée, la première partie de la fête au manège du Cercle de l'Etrier, porte Dauphine, se clôturait par la présentation de la Jument Unotte ( à Mr.J.Borde) par le maître Armand Charpentier, l'alerte octogénaire dont la longue figure dominait, depuis plus de trente ans, les reprises les plus raffinées de la haute école.
Les changements de pieds au temps,les pirouettes au galop, un passage et un piaffer d'une précision horlogère stupéfièrent d'autant plus une assistance pourtant gâtée que la jument exécuta son travail, d'un bout à l'autre, la tête basse,presque à la hauteur des genoux. Coquetterie d'un écuyer qui faisait d'un cheval ce qu'il voulait? Peut-être. Et lorsque Mlle Thion de la Chaume vint, au milieu de la piste, remettre au cavalier une énorme gerbe de roses rouges nouées du bleu et blanc de l'Etrier, nul ne pensait que le destin faisait de ce gala une représentation d'adieu. Or, le 18 décembre de la même année, Armand Charpentier s'éteignait, presque sans prévenir, pour la consternation de ses élèves et de ses amis.

Les Maîtres de L'oeuvre Equestre
André monteilhet
Odège 1979
Armand Charpentier sur Griselidis

jeudi 14 mars 2019

Bauchérisme , l'esprit

Bauchérisme - E.C. 1863

" La haute-école est celle qui force le cheval le plus disgrâcieux dans ses formes à paraître noble et fier, celle qui fait d un cheval ordinaire un type de beauté. Cette équitation là compte à peine un quart de siècle d'existence ; elle doit le jour à Mr Baucher, parce que c'est M.Baucher qui a découvert son incompatibilité avec l'appui sur la bouche. Ce n'est donc pas une dénomination de fantaisie que celle de Bauchérisme; elle a sa raison d'être et d'être immortelle."

" Des trois parties que je trouve dans le Bauchérisme, la première, l'assouplissement, est un simple travail d'étude, pour le cavalier d'abord, pour le cheval ensuite; ce n'est qu'une préparation aux deux autres. La seconde, les allures, regarde l'utilité de l'équitation ; elle en est pour ainsi dire la prise. La troisième, la cadence, l'orgueil de M.Baucher, en est la poésie "

"Principes des principes du Bauchérisme: " il faut assouplir un cheval pour le placer, et il faut le placer pour qu'il exécute".
L'assouplissement est le travail préparatoire auquel doit être soumis sur place le cheval que l'on veut bauchériser.
Ce travail exige un espace de trois mètres en carré.
Il s'établit sur une progression rationnelle et raisonnée que l'on doit suivre d'autant plus scrupuleusement que l'on veut arriver plus rapidement au résultat."


mercredi 13 février 2019

BAUCHÉRISME PRATIQUE

                                             BAUCHÉRISME PRATIQUE 
                                                           - AVANT APRÈS -

été 2017 - Hiver 2019

C'est toujours agréable de regarder l'évolution  du travail.
Romero à l'été 2017. Il venait de perdre beaucoup de poids et toute sa musculature suite à un coup de pied donné  par une jument lors d'une saillie.  Avant il était un fier petit cheval de balade essentiellement.
Aussi pour rappeler que mon travail s attache à  magnifier des chevaux communs , parfois compliqués et retifs.

Travail par l'école Bauchériste :
* Préparer de Faverot de Kerbrech
* Méthode de Haute École de Raabe
* Méthode Baucher
* Méthode de Gerhardt


jeudi 7 février 2019

Méthode d'équitation

9ème édition
François Baucher
Notes de lecture
"Cette flexion est la plus importante de toutes : les autres tendaient principalement à la préparer. Dès qu'elle s'exécutent avec aisance et promptitude, dès qu'il suffira d'un léger appui de la main pour ramener et maintenir la tête dans la position perpendiculaire, ce sera une preuve que l'assouplissement est complet, la contraction détruite, la légèreté et l'équilibre rétablis dans l'avant-main. La direction de cette partie de l'animal deviendra dès lors aussi facile que naturelle, puisque nous l'aurons mis à même de recevoir toutes nos impressions, et de s'y plier sur-le-champ sans efforts. Quant aux fonctions de jambes, il faut qu'elles soutiennent l'arrière-main du cheval pour obtenir le ramener, de façon à ce qu'il ne puisse éviter l'effet de la main par un mouvement rétrograde du corps. Cette mise en main complète est nécessaire pour chasser les jambes de derrière sous le centre. Dans le premier cas, on agit sur l'avant-main, dans le second, sur l'arrière-main; le premier moyen sert au ramener, le second au rassembler."
"On accule un cheval toutes les fois qu'on refoule trop ses forces et son poids sur la partie postérieure; on compromet dès lors l'équilibre, et l'on rend impossibles la grâce, la cadence et la justesse. La légèreté toujours la légèreté voilà la base, la pierre de touche de toute belle exécution. Avec elle tout devient facile, tant au cheval qu'au cavalier. On comprendra d'après cela que la difficulté de l'équitation ne consiste pas dans la direction à  donner au cheval, mais dans la position à lui faire prendre, position qui pourra seule aplanir tous les obstacles. En effet, si le cheval exécute, c'est le cavalier qui dispose : à celui-ci donc la responsabilité de tout faux mouvement."
"Un grand nombre d'amateurs ont pensé qu'il suffit de lire mon livre pour pratiquer habilement mes principes. En exceptant quelques organisations supérieures, je ne crois pas qu'il soit possible de réussir dans la pratique sans les leçons d'un professeur qui, seul, peut initier aux effets de mécanisme, toujours faiblement rendus par écrit ; c'est alors seulement que la lecture, qui a ouvert les yeux, devient profitable. J'ajouterai qu'il faut être cavalier pour entreprendre avec succès tout ce que je prescris."
"Le cavalier se souviendra toujours que sa main doit être pour le cheval une barrière infranchissable chaque fois que celui-ci voudra sortir de la position du ramener. L'animal ne l'essaiera jamais sans douleur, et ce n'est qu'en de dans de cette limite qu'il trouvera aisance et bien-être. L'application bien entendue de ma méthode amène ainsi le cavalier à conduire constamment son cheval avec les rênes demi-tendues, excepté lorsqu'il veut rectifier un faux mouvement ou en déterminer un nouveau."
"Que de jouissances l'écuyer, s'il est habile, n'éprouvera-t-il pas dans l'application progressive de son art ! Son élève, rebelle d'abord, se pliera insensiblement à toutes ses volontés , s'imprégnera de son caractère, et finira pareil devenir la personnification vivante. Prenez donc garde, cavalier ! Si votre cheval est capricieux , violent , fantasque, nous serons en droit de dire que vous ne brillez pas vous-même par l'aménité du caractère et la justesse de vos procédés."

mardi 22 janvier 2019

Élévation

"Quadrupede à station verticale. Équilibre horizontal. Travail acharné de revenir sur soi-même pour réduire la station au point ultime de bascule. Nirvana sans régression dans la mobilité."
Sophie Allioux
Élévation
Au-dessus des étangs, au-dessus des vallées,
Des montagnes, des bois, des nuages, des mers,
Par delà le soleil, par delà les éthers,
Par delà les confins des sphères étoilées,
Mon esprit, tu te meus avec agilité,
Et, comme un bon nageur qui se pâme dans l'onde,
Tu sillonnes gaîement l'immensité profonde
Avec une indicible et mâle volupté.
Envole-toi bien loin de ces miasmes morbides ;
Va te purifier dans l'air supérieur,
Et bois, comme une pure et divine liqueur,
Le feu clair qui remplit les espaces limpides.
Derrière les ennuis et les vastes chagrins
Qui chargent de leur poids l'existence brumeuse,
Heureux celui qui peut d'une aile vigoureuse
S'élancer vers les champs lumineux et sereins !
Celui dont les pensers, comme des alouettes,
Vers les cieux le matin prennent un libre essor,
- Qui plane sur la vie, et comprend sans effort
Le langage des fleurs et des choses muettes !
Charles Baudelaire

Son:  https://youtu.be/RrkG2MNCvb4

Image: Frances Barouchi

Odeur: Pétrichor


samedi 19 janvier 2019

Trois Odes

" Il n'y a que des hommes et des chevaux séparés, réunis seulement par leur commune participation à un même monde d'atomes. Ce qui veut dire que rien n'empêche que les atomes d un cheval mort se retrouvent un jour dans la composition matérielle d'un cavalier vivant. Dès lors le véritable centaure sera cet homme habité par l'âme d un cheval." Michel Onfray...
Trois Odes. Sophie Allioux
19 Janvier 19

jeudi 15 novembre 2018

Cantate du Narcisse

"L'équitation est un art . Il n'y a pas de concours ouvert entre les arts, à l'effet de décider lequel a pas sur l'autre. Tous les arts aspirent à l'évocation du de la beauté, même dans l'horreur ( ceci afin de rassurer Monbissac). On peut mettre plus de beauté dans une pantoufle de Vair que dans une cathédrale. Beauté! du cheval, du cavalier! Commençons par le cavalier. C'est facile. Le cavalier n'a qu'à se laisser faire.

Quant au cheval, c'est encore plus facile. Que de fois le cavalier de La Méthode a-t-il entendu, en se rengorgeant: " On ne le reconnaît pas... Ce n'est plus le même... Où avez-vous déniché cette splendeur ? - A Vaugirard." - Baucher s'est amusé à présenter des carrossiers rustauds; Blacknick, Rufus, usé et contrefait.

-Beudant achetait ses chevaux au piquet, dans les douars, vingt francs, pas plus, parce qu'il ne pouvait pas plus; exactement la somme que ma mère, qui était toute largesse pour son fiston, mais toute prudence aussi, consacrait à l'acquisition des mes Walk Over Shoes, vous n'avez pas connu, des croquenots américains réputés pour leur élégance, leur solidité et leur prix. Moyennant quoi, quelques mois plus tard, le bon Beudant revenait au douar en sautant la zerriba, assis comme sur un trône, et baladait au grand passage à travers les mechtas. - Le cheval acquiert une imprévisible beauté lorsqu'il se sent aimé, heureux de vivre sans autre contrainte que la leçon quotidienne d'éducation morale et physique de La Méthode, calme et mesurée.

Les artistes manient leur cerveau qu'ils pressent et tordent. Ils transfigurent la matière ou les sons en  prolongeant leur cerveau par leur main, par un instrument au bout de leur main: "... la main prodigieuse de l'artiste, égale et rivale de sa pensée.." . Tiens! du Valéry.- L'équitation va plus loin encore. C'est un art unique: il s'apparent à l'amour, il crée un être nouveau l'hippantrope."

Sobène Olstef,Colonel Lagarde.
Pour que ces mots raisonnent et ne soient pas oubliés.

mercredi 3 octobre 2018

Louis Rupert Wachter

"Il est temps que l'équitation se dégage enfin des questions de personnes, où elle tourne depuis si longtemps comme dans un cercle vicieux. Disputes de mots, disputes de noms, sont les langes qui compriment encore l'essor de cet athlète que l'on retient, comme Hercule, au berceau, mais qui, sûr de sa puissance, veut faire ses preuves, se sentir les mains et les jambes libres de toutes entraves, afin de démontrer qu'il se paie d'autres choses que de mots creux et de discussions puériles."
Lieutenant Wachter, "Aperçus équestres au point de vue de la méthode Baucher", 1862.

jeudi 23 août 2018

Deux écoles

"L'une de ces écoles en harmonie avec les lois du mouvement et de la physiologie,  secondant le cheval dans ses actions, sans le gêner, et sachant utiliser ses moyens, fait ressortir ses qualités brillantes qui seraient restées inconnues.
Dans cette école, le cavalier heureux et fier de la grâce et surtout de la docilité de son cheval s'attache à  lui et aime l'équitation.
L'autre école, contraignant toujours le cheval, faussant son aplomb, constamment en opposition avec les lois du mouvement,sans harmonie, obscure,  abuse des  moyens du cheval, annihile ses belles qualités, qualités qui existent, mais quelle nie par cela même qu'elle ne les voit pas.  Elle n'ose entrer en lice avec sa rivale qu'avec des chevaux d'élite ;  d'où il résulte qu'il revient plus de mérite au cheval qu'au cavalier."
Charles Hubert Raabe

mercredi 7 mars 2018

Au petit salon deux amis discutent

"Mon ami , vite, prenez place que je vous raconte !
- Vous...! La compagnie des femmes vous pousse aux commérages !
- Il y a des bons passages dans le commérage...
- Alors... je piaffe de vous entendre !
- Ah !! Vous voyez que l'école des femmes fait bon manège ! Là. .. je vous raconte!
- j'écoute
- Le 19 ème siècle a vu naître un des plus grand génie equestre.  Il a écrit de nombreux ouvrages et enseigné à une pléiade d'élèves..
- Tout le monde sait cela !
- À la bonne heure ! Je continue : Ces élèves ont écrit à leur tour,  ce qui fait qu'aujourd'hui,  nous avons en héritage non seulement l'enseignement du maître mais aussi la vision des premiers élèves...
- Trésor ô combien  précieux !
- Ah... vous en convenez !  Les élèves eurent à  leur tour des élèves. .. puis la source s'est tarie.  La filiation est coupée et les ouvrages écrits  aujourd'hui  sont une interprétation de la méthode . .. une reconstitution si vous préférez !
- Je vous suis Sherlock !
- C'est pour cela que vous êtes mon ami,  jamais contrariant !
- C'est que vous savez convaincre !
- Bref,  que diriez-vous si un montreur d'ours clamait,  en grand connaisseur, qu'il faut pour comprendre la méthode se référer aux reconstitutions ?
- Je lui dirais qu'il n'est pas bon de prendre une histoire par la fin!
- Merveilleux!  Nous voilà donc d'accord de nouveau
- Permettez ?
- Bien sur
- Le problème est peut-être qu'il n'est que montreur d'ours ? Et pas écuyer. ..
- Mon cher ami, votre logique est imparable. .. Pauvres ours
- Buvons un peu d'absynthe  pour oublier cela !
- Voilà ! "

Texte Antoinette Harct

mardi 6 mars 2018

Vertiges

" J'écrivais des silences,  des nuits, je notais l inexprimable. Je fixais des vertiges."
Arthur Rimbaud

Les minorités

C'est la haine qu'on porte au Bédouin,  à  l' Hérétique,  au Philosophe,  au Solitaire, au Poète. ... et au Bauchériste ? ?

" Je me suis pâmé,  il y a huit jours, devant un campement de Bohémiens qui s'étaient établis à  Rouen. Voilà la troisième fois que j'en vois. Et toujours avec un nouveau plaisir. L'admirable c'est qu'ils excitaient la haine des Bourgeois, bien qu' inoffensifs comme des moutons.  Je me suis fait très mal voir par la foule en leur donnant quelques sols. Et j'ai entendu des jolis mots à  la Prudhomme. Cette haine là tient à quelque chose de très complexe. On la retrouve chez tous les gens d'ordre.
C'est la haine qu'on porte au Bédouin,  à l'Heretique,  au Philosophe,  au Solitaire,  au poète.  Et il y a de la peur dans cette haine.  Moi qui suis toujours pour les minorités,  elle m'exaspère. Du jour où je ne serai plus indigné,  je tomberai à  plat. Comme une poupée à  qui on retire son bâton. "

Gustave Flaubert à  George Sand
12 Juin 1867

vendredi 23 février 2018

Le manège est le forum de l'écuyer

"La routine que l'on a si longtemps suivie en équitation a été le plus puissant obstacle à la perfection de l'art. Sortir de la route tracée, renverser les principes qui ont fait schisme, n'est pas chose facile; mais l'amour du beau et du vrai doit l'emporter sur la crainte de heurter de sots préjugés; le manège est le forum de l'écuyer : c'est là qu'il doit convaincre ses auditeurs de la vérité de ses assertions."
François Baucher
Dictionnaire raisonné d'équitation

mercredi 7 février 2018

La mise en Légèreté

" (...) j'ai dû chercher seul à donner à  mes chevaux cette merveilleuse légèreté dont je ne soupçonnais pas auparavant l'existence. Ces tentatives du début furent rarement couronnées de succès, et j'ai dû traverser des périodes de profonds découragement."

lundi 29 janvier 2018

La fin de Géricault

" il avait un cheval assez difficile. Ce jour là,  au moment de le monter, Géricault voulut resserrer la boucle de son pantalon, elle lui resta dans la main. Il noua les deux pattes ensemble et monta sur son cheval. Marqué par la fatalité,  son cheval que généralement il dominait, le décroche et, toujours la fatalité, il tombe sur le dos à  l'endroit où le noeuds très serré fait saillie juste au milieu ses teins sur la colonne vertébrale. De là une blessure qui amena une carie des os de la moelle. Après deux mois de souffrances atroces endurées avec beaucoup de résignation. Géricault  rendit l'âme "

Raconté par Dumas

mardi 9 janvier 2018

Évocation de Raabe

" En 1868,au manège Pellier,  le Capitaine Raabe démontrait tous les soirs que les peintres et sculpteurs,  depuis Carle Vernet jusqu'à Barye, avaient commis des fautes impardonnables,  chaque fois qu'ils avaient représenté des chevaux. Il faisait sa leçon un cheval à  la main,  pendant qu'un aide présentait au public la copie des oeuvres équestres les plus fameuses, et, le plus souvent, il convainquait facilement son auditoire,  que les chevaux étaient brossés ou modelés dans des positions anatomiquement  impossibles "
Baron de Vaux

samedi 16 décembre 2017

Persévérance

" La persévérance du cavalier augmentera le nombre de ses sensations et lui donnera pour ainsi dire un sens de plus, celui de l' exquise délicatesse du tact. Il apprendra en même que la science de l'équitation peut faire d'un homme un penseur profond"
François Baucher.
Maestro 16 Décembre 2017

Baucher, détails